03/01/2009

Stonewall a 40 ans: Des victoires nombreuses et des défis encore plus nombreux

Les 40 ans de Stonewall sont autant d'années de la nouvelle militance lesbigaie
"Les victoires sont nombreuses –  plus nombreux encore sont les défis à relever "

Les émeutes de Stonewall survenues à New York en 1969 ont valeur d'événement fondateur du début du mouvement gai et lesbien moderne. C'est aussi le cas en Suisse, raison pour laquelle les organisations faîtières PINK CROSS et LOS ont placé l'année 2009 sous le thème: "Les victoires sont nombreuses – et plus nombreux encore sont les défis à relever ".

Ce qui s'est passé ce 28 juin 1969 dans le Stonewall-Inn sur Christopher Street à New York a depuis longtemps tourné en légende. Un fait demeure: ce jour-là, la énième descente que la police effectuait pour chicaner la clientèle de ce bar a pris une tournure différente. Lesbiennes, gais et transexuel-le-s ont pris des pierres, et à un moment donné, la police a pris… la fuite. Fut-ce le début d'une nouvelle conscience de soi? Le recul ne permet pas de le dire avec certitude. Toujours est-il qu'une étincelle a jailli et qu'en juin 1970 déjà, les premières manifestations intitulées Christopher-Street-Day (CSD) célébraient un nouveau sentiment d'exister en tant que lesbienne, gai ou bi, une nouvelle affirmation de soi lesbigaie, une nouvelle fierté d'être soi: la Pride.

Les victoires sont nombreuses...
Cette mouvance lesbigaie qualifiée de "moderne", et dont PINK CROSS et LOS se considèrent les héritier-e-s, était effectivement nouvelle sur un point: pour la première fois, des gens se sont engagés dans l'espace public et politique en vue d'une société où l'orientation et l'identité sexuelle ne joueraient plus aucun rôle en matière de droits, de dignité et de respectabilité. La loi sur le partenariat est le signe le plus visible  de ce changement dans la société qu'un engagement comme celui-là a permis d'atteindre.

 … plus nombreux encore sont les défis à relever
Notre société connaît cependant des endroits sensibles où l'homosexualité reste un sujet tabou. LOS, PINK CROSS et leurs partenaires agissent pour que ce thème puisse être abordé comme un autre à l'école et dans le monde éducatif, ainsi que dans le monde du travail et du droit de la famille. Quant au discours tenu en Suisse au sujet de la discrimination, il faut encore que l'orientation et l'identité sexuelle y aient enfin leur place.

Cela fait longtemps que des pays comparables à la Suisse connaissent des programmes et des ordonnances antidiscriminatoires s'appliquant à l'orientation et l'identité sexuelle. En Suisse, en revanche, les acteurs du service public peinent toujours à reconnaître le potentiel de discrimination qui peut frapper ce segment de la société.

EuroPride09
PINK CROSS et LOS remercient l'association Gay Pride CSD-Zürich pour avoir pris l'initiative de faire venir l'EuroPride à Zurich en cette année très spéciale et souhaitent plein succès à l'association Europride09  qui a été fondée pour cette occasion.

 

 

Communiqué de PINK CROSS et LOS

20/12/2008

ONU: les droits humains sont pour tout le monde

VOIR AUSSI LE COMMUNIQUE DE PRESSE DE PINK CROSS ET LOS = ARTICLE PRECEDENT

 

Les principes de la Déclaration universelle des Droits de l'homme sont valables pour chaque être humain, indépendamment de son orientation et de son identité sexuelle. Lors de l'assemblée générale de l'ONU, le 18 décembre 2008, 66 nations ont soutenu une déclaration (statement) allant dans ce sens. C'est la première fois que l'assemblée plénière de l'ONU avait à se prononcer sur une déclaration relative aux abus juridiques à l'encontre de personnes homo-, bi-, trans- et intersexuelles. La déclaration était soutenue par des Etats des cinq continents, y compris six pays africains. Initié par la France, il a été déposé par l'Argentine, tandis que la recherche des signatures a été coordonnée par un groupe suprarégional parmi lesquels le Brésil, la Croatie, la France, le Gabon, le Japon, les Pays-Bas, et la Norvège.

Une réalité dans tous les pays du monde
Les 66 Etats ont renforcé "Le principe de non-discrimination qui exige que les droits humains aient la même validité pour chaque être humain, indépendamment de son orientation ou de son identité sexuelle." Ils se sont déclarés profondément inquiets face aux atteintes aux droits humains et aux libertés fondamentales en rapport avec l'orientation et l'identité sexuelle. Ils constatent que "la violence, les tracasseries, la discrimination, l'exclusion, la stigmatisation et les préjugés fondées sur l'orientation et l'identité sexuelle" sont une réalité "dans tous les pays du monde".

La déclaration condamne les meurtres, la torture, la privation de liberté arbitraire et "la privation des droits économiques, sociaux, sociaux et culturels, y compris le droit à la santé". Les Etats signataires demandent à toutes les nations de "promouvoir et protéger les droits humains de toutes les personnes indépendamment de leur orientation et de leur identité sexuelle et d'abolir les châtiments fondés sur l'orientation et l'identité sexuelle."

Selon les estimations de l'ILGA, l'homosexualité est passible de sanctions pénales dans 72 pays. Dans la majorité de ces Etats, ce serait un héritage du colonialisme.
http://www.hrw.org/en/reports/2008/12/17/alien-legacy-0  


Contre-initiative des Etats islamiques
Les pays signataires ont rencontré l'opposition farouche d'un groupe de gouvernements qui essaient régulièrement de bloquer les initiatives de l'ONU qui thématisent les atteintes aux droits humains en relation avec l'orientation et l'identité sexuelle. Le contre-texte, qui émanait de la Conférence Islamique, a été signé par 60 Etats. Le texte reconnaît les principes de non-discrimination et d'égalité, mais exclut qu'on y mentionne "certaines personnes".

Revirement du Vatican
Le Vatican a lui aussi exprimé une forte opposition au statement, ce qui lui a valu de vives critiques de la part des organisations des droits humain du monde entier. Or le Vatican a effectué un virage à 180° et a appelé à dépénaliser le mode de vie homosexuel partout dans le monde.

Les Etats signataires sont

Albanie, Andorre, Argentine, Arménie, Australie, Autriche, Belgique, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Bulgarie, Canada, Cap Vert, République d'Afrique centrale, Chili, Colombie, Croatie, Chypre, Tchéquie, Danemark, Equateur, Estonie, Finlande, France, Gabon, Géorgie, Allemagne, Grèce, Guinée-Bissau, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Italie, Japon, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Ile Maurice, Mexique, Montenégro, Népal, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Paraguay, Pologne, Portugal, Roumanie, Saint Marin, Sao Tome and Principe, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Macédoine, Timor-Est, Grande-Bretagne, Uruguay et Venezuela.(Source: Human Rights Watch, Adaptation: PINK CROSS)

 

 

Les gais et les lesbiennes veulent une Suisse plus active

Les organisations faîtières suisses PINK CROSS et LOS se félicitent de ce que, lors de l'assemblée générale de l'ONU, les droits humains se soient vu renforcer en matière d'orientation et d'identité sexuelle.

Elles déplorent en même temps que la Suisse ne soit jamais à l'origine de telles initiatives et qu'elle se contente de suivre le mouvement.

En tant que gardienne des droits humains, la Suisse jouerait parfaitement  le rôle qui lui revient, d'une part en intervenant plus activement en faveur des droits des personnes homo-, bi-, trans- et intersexuelles sur la scène internationale et, d'autre part, en menant une politique plus attentive au niveau national.
 
L'organisation suisse des gais PINK CROSS et l'Organisation suisse des lesbiennes LOS ne parviennent pas à comprendre que la Suisse ait refusé toutes les recommandations relatives à l'orientation et à l'identité sexuelle qui lui ont été adressées dans le cadre de l'Examen Périodique Universel (EPU). LOS et PINK CROSS, qui souscrivent pleinement à ces recommandations, demandent par conséquent

  • une protection contre la discrimination sur le plan légal
  • des programmes qui s'attaquent à la discrimination sur la base de l'orientation et l'identité sexuelle
  • une politique d'intégration pour tous les domaines de la vie qui, à la base,  soit plus active

 

Définition des concepts d' "orientation" et d' "identité sexuelle"

Par orientation sexuelle, nous entendons l'attirance érotico-sexuelle et émotionnelle pour d'autres personnes. L'hétérosexualité (du grec hetero = différent) signifie l'attirance pour des partenaires de l'autre sexe. L'homosexualité (homo = même) à savoir l'orientation vers des partenaires du même sexe, est une variante non pathologique et de même valeur de l'orientation sexuelle, tout comme la bisexualité, qui est une attirance vers des partenaires des deux sexes. 

Par identité sexuelle, nous entendons l'appartenance au genre sexuel, c'est-à-dire le fait d'être un homme ou une femme. Si le sexe biologique n'est pas clairement déterminé, on parlera d'intersexualité. Si le genre biologique et le sentiment personnel d'appartenance sexuelle ne concordent pas, on parlera de transsexualité.

COMMUNIQUE DE LOS ET PINK CROSS