17/05/2008

Le Conseil fédéral doit combattre les préjugés, au lieu de les bétonner!

A propos de la réponse du Conseil fédéral à la question du Conseiller national Mario Fehr

Pour PINK CROSS l'Organisation suisse des gais, l'attitude du Conseil fédéral en matière d'adoption pour les gais et les lesbiennes est absurde: les gais et les lesbiennes célibataires ont le droit d'adopter, mais cela leur est interdit dès lors qu'ils vivent en couples et régularisent leur partenariat devant la loi.


PINK CROSS prend au sérieux les réticences qu'éprouve une partie de la population face à l'adoption par des gais et des lesbiennes... Mais, de la part du gouvernement fédéral, l'Organisation suisse des gais attend une approche plus sérieuse de la question, ce qui implique:

une évaluation de la situation actuelle

  • Les gais et les lesbiennes célibataires peuvent adopter. Dès qu'ils ou elles se partenarient, ils ou elles n'ont plus ce droit.
  • Les enfants sont une réalité, notamment dans les couples de lesbiennes. Il n'est pas question de caprices étranges, mais d'enfants en chair et en os avec leurs droits.

 

un engagement actif contre les préjugés

Lorsque la majorité d'un pays a des préjugés contre une minorité de leurs concitoyennes et concitoyens, c'est la mission de l'Etat de mener une politique active qui va à l'encontre de ces préjugés. Si une politique est fondée sur les préjugés existants, elle entre en contradiction avec les fondements juridiques de l'Etat.

En outre, PINK CROSS rend ses interlocuteurs attentifs au fait qu'à l'heure des familles monoparentales  et recomposées, on ne rend pas fait justice à la situation de nombreux parents et enfants - et ce indépendamment de l'orientation sexuelle - si on se concentre exclusivement sur le modèle traditionnel,.

Réponse du Conseil fédéral à Mario Fehr

Dans sa réponse au Conseiller national zurichois PS Mario Fehr, le Conseil fédéral a défendu l'interdiction d'adopter dans la loi sur le partenariat en se référant au fait que les gais et les lesbiennes célibataires peuvent adopter et que de ce fait l'interdiction qui figure dans la loi sur le partenariat n'a aucun caractère discriminatoire. En outre, il a renvoyé au rôle que l'interdiction d'adopter a joué dans l'acceptation de la loi sur le partenariat par la population et au principe fondamental selon lequel les enfants doivent en principe avoir des parents de sexes différents.

 

 

01:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)