07/04/2011

Protection générale contre la discrimination

En Suisse, il existe une norme pénale contre la discrimination raciste. Les homosexuel-le-s, en revanche, ne peuvent pas porter plainte contre la discrimination . La Suisse n’a pas de loi générale contre la discrimination. Il est urgent d’agir.

 

La Commission fédérale contre le racisme demande, en s’appuyant sur une étude, une meilleure protection des immigrant-e-s contre la discrimination. Cela n’est pas suffisant, estiment PINK CROSS et LOS, les organisations faîtières des gais et des lesbiennes en Suisse. Ce dont on a cruellement besoin, c’est d’une loi antidiscriminatoire générale, qui protège contre les discriminations de toutes sortes.

Parfois, la discrimination des gais et des lesbiennes se fait discrète: pendant le déjeuner sur le lieu de travail, quelqu’un demandera à la cantonnade si telle ou telle collègue absente n’est pas mariée ou si elle n’a pas d’ami. La manière dont la question sera posée est révélatrice: « Une personne qui occupe une fonction aussi importante - comment est-ce possible ? » Ou, prenons le cas d’une personne encore plus en vue, comme Guido Westerwelle. A en croire ce qui est rapporté par les médias à son sujet, il va de soi que personne n’aborde le sujet de son homosexualité. Mais on devine qu’elle fait problème. Quand son ami l’accompagne à l’étranger, on soupçonne aussitôt des intérêts financiers. Lorsqu’un ministre est accompagné de sa femme, personne ne soulèvera un problème cet ordre.

Les femmes se battent avec acharnement depuis des années pour leurs droits. Lorsque les lesbiennes et les gais veulent faire quelque chose contre la discrimination, on n’en trouve aucun écho dans la presse dominicale. Une loi antidiscriminatoire globale pourrait représenter une étape importante. A partir du moment où des employeurs doivent compter avec le fait que leur responsabilité sera engagée s’ils refusent d’engager des gais ou s’ils font obstacle à leur carrière professionnelle, un signal est donné. Lorsque l’insulte ne passera plus aussi facilement « sale pédé », la société aura fait un progrès pas important dans sa réflexion sur son comportement à l’égard des minorités.

En Suisse, précisément, la protection contre la discrimination devrait trouver une oreille attentive. Depuis toujours, la Suisse a été obligée de chercher un équilibre acceptable entre les groupes linguistiques. Il devrait en aller de même dans d’autres domaines. Les handicapés ont obtenu que tous les bâtiments publics soient construits en conformité avec la loi sur les handicapés ou qu’ils soient transformés à grands frais. En quoi une société qui ferait droit aux gais et aux lesbiennes serait-elle impossible ?

COMMUNIQUE DE LOS ET PINK CROSS

19/02/2011

Lettre de lecteur

Voici la lettre d'un lecteur de la Tribune de Genève qui réagit à un article paru le 28 janvier dans 24 heures ET la Tribune de Genève qui était consacré au portrait de Jean-Paul Guisan, candidat PLR au Conseil municipal.

Gay et théologien

Chêne-Bougeries, 29 janvier

Peut-on être gay, théologien et radical (voir «Tribune» du28 janvier)? C'est toléré, mais il ne faut pas trop en parler. Signe des temps? Peut-être! Les temps ont changé: des personnes osent davantage affirmer leur homosexualité,la législation s'assouplit ou s'adapte pour reconnaître cette réalité. Cela démontre à qui en doutait encore que la Parole de Dieu (la Bible) si précise n'a plus sa place d'autorité suprême. Nombreux sont celles et ceux dont l'identité sexuelle a été mal aiguillée, que ce soit par leur enfance ou par des circonstances malheureuses de la vie. Loin de s'y complaire, beaucoup de ces personnes se débattent avec leurs problèmes. Ces personnes homosexuelles méritent notre respect en tant qu'êtres humains.En revanche, il est irrecevable de banaliser le problème. (...) Mais Dieu demeure le Tout-Puissant, le Dieu de l'inattendu, de l'inespéré qui peut encore aujourd'hui intervenir dans les coeurs et les vies et apporter la guérison (Romains 1:27,1 Corinthiens 6:9-11, I Timothée 1:9-10, etc.). Le mariage entre un homme et une femme fondé sur l'amour, la fidélité, le respect réciproque,constitue le fondement d'une société saine. Cari Ledune

09/12/2010

Stage d'autoprotection pour les hommes gais

PINK CROSS organise un stage d’autoprotection le 12 février 2010 pour les hommes gais  Il sera dispensé par trois instructeurs (deux hommes et une femme) de l’école TATOUT un samedi sur six heures.

Date: samedi 12 février 2010

Horaire:
10h00 - 16h00 (avec de courtes pauses)
Lieu:
Lausanne (le lieu sera communiqué en janvier 2011)
Prix:
CHF 220.- / CHF 190.- pour les membres individuels de PINK CROSS (sandwiches et boissons compris)

Inscription: envoyer un e-mail à jean-paul.guisan@pinkcross.chCet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir jusqu'au au 31 décembre 2010

Le cours suivra trois axes:

  1. Comment ne pas se faire choisir pour cible
  2. Comment réagir dans un conflit verbal (valable également pour la vie de tous les jours)
  3. Techniques de frappe en cas d’agression physique (exercices pratiques dans des situations réalistes avec un instructeur équipé d’une armure)

 

Renseignements: Jean-Paul Guisan 079 666 58 79

Nota Bene: Le cours n’aura lieu que si le nombre d’inscription est supérieur à 12, le cours nombre maximum étant de 16. Les gens seront informés début janvier de la tenue du cours ou de son annulation.

Pour se faire une idée de la philosophie et de l'approche originale de cette école, cf. l'interview d'une instructrice d'autoprotection sur le site de PinkCross (article paru initialement dans le PinkMail, le journal de PinkCross, de septembre 2010)

 

Mise à jour à 23h00: Cf. aussi cet article de 20 Minutes