17/10/2007

Faut-il punir l'homophobie comme le racisme?

Avant-hier, j'étais invité dans "Forums" à débattre sur la nécessité que la loi punisse les propos ou les actes homophobes - comme c'est désormais le cas en Grande-Bretagne. J'étais opposé à M. Olivier Jornot, député libéral au Grand Conseil genevois. Mon premier argument a été le suivant:


Du moment qu'il existe déjà en Suisse une norme pénale qui réprime le racisme, il serait logique et cohérent que l'homophobie soit pareillement sanctionnée. Le fait de traiter quelqu'un de sale pédé est au moins aussi grave, et insultant, que de traiter quelqu'un de sale nègre, sale juif, sale arabe... Une preuve parmi d'autres: on a pu constater que le taux des tentatives de suicide est quatre fois plus élevé chez les jeunes gais que chez les jeunes hétéros. Cela montre que l'homosexualité a une connotation encore très négative. Le partenariat enregistré voté par le peuple représente une avancée extraordinaire, et je ne suis pas peu fier de mon pays, le seul à avoir voté sur cette question (ailleurs, c'était des parlements). Mais cette avancée insitutionnelle de même que le fait qu'on aborde le sujet si facilement dans les médias sont surtout de l'ordre du discours, cette ouverture, cette acceptation dans les mots ne doit pas masquer la difficulté qui reste pour les individus concernés (pas tous: certains ont plus de chance de que d'autres) et leur famille.

Le même jour, j'entendais un jeune dans un bus qui pensait que son frère était "gai". Les autres faisaient pour écarter une hypothèse aussi fâcheuse, infamante, diffamatoire. J'étais quand même surpris en bien qu'ils utilisent le mot "gay" et pas "pédé" comme c'est habituellement le cas - mais le jugement restait foncièrement négatif.

Je reviendrai une autre fois sur les autres arguments. Le débat est d'ailleurs accessible sur les archives de la Radio suisse romande.

 

Jean-Paul Guisan, secrétaire romand de PINK CROSS

18:20 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (9)