02/09/2010

Conférence à Delémont du dernier survivant des déportés pour homosexualité par les nazis

A l’occasion de la parution de sa biographie Itinéraire d'un triangle rose,  l’auteur Jean-Luc Schwab et Rudolf Brazda donneront  une  conférence  sur  la déportation  des homosexuels.

Rudolf BRAZDA, 97 ans, est le dernier survivant connu des quelque 10 000 déportés que les nazis envoyèrent dans les camps de concentration pour leur homosexualité.

M. Brazda s'exprimera en allemand sur son expérience concentrationnaire et sur son parcours de vie. M. Schwab traduira et ajoutera des éléments historiques. Ce dernier a rejoint en 2008 l’association Les « Oublié(e)s » de la Mémoire, qui travaille à la reconnaissance de la déportation pour motif d’homosexualité. Il devient ensuite son confident et recueille son témoignage, tout en le recoupant des faits historiques grâce à un important travail de recherche.

La conférence aura lieu le

samedi 4 septembre 2010 à 16h00 à Delémont, Bibliothèque des adultes

En marge de ce rendez-vous, une exposition consacrée à la déportation, notamment pour motif d’homosexualité est présentée à la Bibliothèque municipale des adultes jusqu’au 9 octobre 2010.

Communiqué de l'association Juragai

Commentaires

Ne pas oublier que dans le régime nazi et la Wehrmacht certains responsables et officiers étaient homosexuels, mais le montraient pas ouvertement ! Ils adhéraient donc pleinement à l'idéologie et la politique hitlériennes.

Adolf Hitler, lui-même, avait connaissance que des nazis de haut rang étaient gays. Ils les toléraient à condition que ceux-ci soient efficaces mais discrets quant à leur orientation sexuel. N'oublions pas que sa garde personnel SS était composée en grande partie d'homosexuels.

Écrit par : Dolorès | 02/09/2010

J'aimerais bien savoir d'où vous tirez que le Begleitkommando était majoritairement homosexuel ? Il me semble pas avoir lu quelque part que Bruno Geshe et son amicale était homo. Le BegleitK dépendait administrativement de Himmler, je ne pense pas qu'il était spécialement tolérant face à ces choses.

Et puis, concernant l'homosexualité des officiers de hauts rangs, spécialement Röhm, ne s'est pas fait assassiné UNIQUEMENT parce qu'il était homo. De plus, sa sexualité était de notoriété publique...

Ses SA prenaient simplement un peu trop d'importance au goût de Hitler.

Je vieux bien que vous défendiez les gays morts dans les camps mais, par pitié, n'exagérez pas leur présence dans l'Etat-Major.

Écrit par : Frère Fouettard | 04/09/2010

Les commentaires sont fermés.