28/05/2010

PinkCross et un éléphant rosse

Hier (jeudi 28 mai), le musicien de reggae  jamaïcain Elephant Man devait interpréter trois chansons  à Lausanne. La manifestation a été annulée en raison des événements qui se passent actuellement en Jamaïque  (violences liées à un conflit entre la police et un baron de la drogue). Cet artiste ayant un passé homophobe dont il ne s'est jamais sérieusement distancié,  PinkCross, alerté par l'association Stop Murder Music de Berne,  avait publié le 21 mai un communiqué de presse demandant l'annulation de cette performance - voir ci-dessous.

Le 24 mai, PinkCross et LOS, de concert avec les associations LGBT vaudoises, ont demandé à la Police  du commerce de Lausanne d'interdire cette manifestation. Peu après, on apprenait que le concert était annulé pour des raisons totalement extérieures à cette démarche. Il convient de préciser que cette dernière ne visait pas personnellement les patrons organisateurs du concert eux-mêmes (à savoir les patrons du Shy-Ware). Nous avons fini par avoir un bon contact avec eux au cours duquel ils ont montré qu'ils étaient leur bonne foi, et qu'ils sont totalement attachés la lute contre l'homophobie. Ils en voulaient pour preuve que par le passé, ils avaient d'eux-même annulés des concerts avec  des rappers  qu'ils avaient invités et dont ils avaient appris après coup la violence homophobe de certains de leurs textes. Mais dans le cas d'Elephant Man, ils n'avaient pas eu eu accès à toutes les informations relevantes. Jean-Paul Guisan, secrétaire romand de PinkCross


Deux références parmi un grand nombre d'articles disponibles sur internet:

  • Lien vers un site qui expose en profondeur ce qu'il en est de prétendues excuses d'elephant Man

  • Lien vers un site qui date de 2007, mais qui n'en demeure pas moins éclairant

     

Communiqué de PINK CROSS

Le 27 mai 2010, à Lausanne doit avoir lieu un concert du musicien de dance hall/reggae «Elephant Man». Dans un bon nombre de ses chansons O'Neil Bryan alias «Elephant Man» appelle à la haine contre les gais. PINK CROSS, l’organisation faîtière des gais en Suisse proteste contre ce conert, demande à l’orgaisateur de l’annuler


Qui irait à un concert où des appels à la violence contre les Juifs se feraient entendre? D’autant plus que, selon toute probabilité, un tel concert contreviendrait la loi contre le racisme et, de ce fait, ne pourrait avoir lieu en Suisse. En revanche, il serait possible d’organiser un concert avec un artiste qui, dans un bon nombre de ses chansons, appellerait à la violence contre les gais, par exemple à passer les gais à la mitraillette ou à violer les lesbiennes? Même dans le cas où cet artiste n’avait pas l’intention d’interpréter ces chansons-là en Suisse, il n’en demeure pas moins qu’il ne s’est jamais distancé de ces tirades de haine contre les gais et les lesbiennes. Pour cette raison, PINK CROSS à l’organisateur de Lausanne d’annule ce concert. En outre, il conviendrait que les autorités suisses refusent l’entrée en Suisse à ce musicien. Si l’interdiction d’entrée dans notre pays peuvent et doivent s’appliquer aux prédicateurs islamistes qui appellent à la haine, il devrait aller de même pour les musiciens qui menacent les gais de mort et les lesbiennes de viol.

 

18/05/2010

Les kiss-in romands ont bel et bien eu lieu tous les trois

Trois happenings organisés le 17 mai 2010 en fin d'après-midi en Suisse romande ont célébré, chacun à leur manière, la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie.

Quelque 200 personnes ont pris part, lundi, au premier «kiss-in» romand contre l’homophobie et la transphobie. Une centaine de personnes gay, lesbiennes et hétéros, se sont rassemblées sur la place des Nations à Genève, où la manifestation était placée sous le signe de la répression visant les homos et les trans dans le monde. Répondant à l'appel des organisations LGBT vaudoises, les manifestants étaient aussi nombreux sur la place Saint-Laurent de Lausanne. Une quarantaine de personnes sont aussi venues à Sion pour participer à un événement ludique qui était organisé par LOS et PINK CROSS. Dans le chef-lieu valaisan, le happening, qui a pris la forme du jeu de la bague d’or, avait été déplacé sur la place de la Planta suite au veto de l'Evêché à une manifestation jugée «provocatrice» devant la Cathédrale. En effet, la place qui se trouve devant cet édifice est propriété intégrale de l’Evêché. Quelques policiers municipaux ont surveillé l'événement, qui s’est déroulé sans heurts.

Adaptation d’un article de 360°