16/07/2009

Les amibes contre-attaquent

Lors d’une conférence de presse hier mercredi 15 juillet à Sion, PINK CROSS et la LOS ont dévoilé la riposte juridique des associations LGBT aux injures des jeunes UDC valaisans le 17 mai dernier, journée internationale contre l’homophobie. Au total, ce sont 29 plaintes individuelles qui ont été déposées contre le communiqué qui présentait les relations de même sexe comme « un comportement déviant » menaçant la « survie d’une nation ». Ce texte injurieux était accompagné d’une affiche d’autant plus infâmante présentant la progression des droits LGBT comme une régression de l’humanité vers le singe.

Cette plainte pénale est un signal fort pour indiquer que nous ne tolérons pas de nous faire injurier ou discriminer. Au delà de l'insulte, le texte des jeunes UDC est un message extrêmement négatif pour des jeunes homosexuels ou en questionnement identitaire déjà fragilisés. En justifiant et banalisant l’homophobie, il favorise les réactions de haine et de rejet à l’encontre des personnes homosexuelles. Il est donc primordial de combattre le sentiment d’impunité qui autorise de tels agissements.

Extrait d'un article de Guillaume Mandicourt paru sur le site de Dialogai

* * *

Les «amibes» contre-attaquent

Pas question de se laisser faire, après l’ultime provocation mise à feu il y a deux mois par les Jeunes UDC du Valais romand. Le groupe avait profité de la Journée mondiale contre l’homophobie, le 17 mai dernier, pour diffuser un communiqué de presse assorti d’un tract, faisant le parallèle entre l’homosexualité et une régression fantasmée de l’humanité vers... l’amibe. Les jeunes idéologues du parti, que l’on ne savait pourtant pas portés sur l’évolutionnisme, y invoquaient pieusement le «droit naturel et chrétien», tout en fustigeant la «banalisation de la déviance». Le manifeste avait été soutenu par la section cantonale du parti au nom de la liberté d’expression.

Pour 29 personnes, hommes et femmes originaires des différents cantons romands et représentants plusieurs des associations LGBT de la région, cette offensive ne doit pas rester sans réponse. «Profondément injuriées» par un texte qui «sape le combat pour que les jeunes gays et lesbiennes se sentent moins exclus de la société», elles ont ainsi décidé de déposer plainte auprès de l'Office des juges d'instruction du Bas Valais.

Par cette action pénale, les organisations faîtières gay et lesbienne Pink Cross et LOS, espèrent enfin voir étendre la loi antiraciste aux discriminations basées sur l'orientation sexuelle, un pas que la justice suisse ne s’est toujours pas décidée à franchir. Et ils ne cachent pas leur volonté de se battre jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme.

Précédent genevois
Une contre-offensive, qui n’est pas tout à fait une première. En 2007, l’UDC genevoise avait été la cible d’une autre action, après s’être illustrée par une campagne d’affiches qui qualifiait les homosexuels d'«inféconds et aisés», invitant les électeurs à rejeter une disposition fiscale bénéficiant aux couples de même sexe partenariés. Mais la plainte avait alors été classée. La justice genevoise avait notamment considéré que ce texte discutable s’inscrivait dans le cadre d’une campagne de votations. Pour l’avocat des plaignants, MePhilippe Currat, ce n’est pas le cas cette fois: la salve des Jeunes UDC a été lâchée en dehors de tout débat politique.

Article d'Arnaud Gallay paru sur le site de 360

Commentaires

Votre démarche est salutaire. Mais comme d'habitude, beaucoup de gens qui ont des réticences face à l'homosexualité vont trouver que vous en faites trop. Le chemin vers la reconnaissance est long et semé d'embûches. Je pense qu'il est temps de mettre un stop au dénigrement systématique de certains membres de l'UDC. Nous ne formons qu'un seule race d'êtres humains avec des goûts individuels et collectifs aussi diversifiés que la nature est diversifiée. Je vous souhaite le plein succès que vous escomptez auprès de la justice. Bravo pour votre courage. Il en faut quand tout semble se liguer contre sa manière de voir, d'agir, d'envisager ses relations dans la société en marge des coutumes habituelles et usuelles. Les gens n'aiment pas ce qui perturbe leur conformisme et leurs certitudes. On peut le comprendre sans approuver leur rejet systématique et la stigmatisation que certains font des "amibes". P.S. A votre combat, vous pouriez joindre celui des prostitué(e)s qui, je crois, connaissent aussi une discrimination rampante et un racisme latent...

Écrit par : pachakmac | 17/07/2009

@ pachakmac: Merci pour ces lignes chaleureuses et votre soutien. Il y a en effet bien des points communs entre le combat contre l'homophobie, donc pour la dignité des personnes les-bi-gai-trans et celui pour la reconnaissance de la dignité des personnes prostituées.

Un des points communs, c'est le rejet d'une situation, d'une réalité qui existe. A mes yeux, le rapport sexuel commercial entre être humains est une réalité que, d'une manière hypocrite et malsaine, on accepte et rejette à la fois. Alors qu'elle ne fait de mal à personne quand c'est entre adultes consentants qui se respectent soi-mêmes et l'autre.

L'homosexualité fait aussi partie de la réalité humaine et ne fait de mal à personne quand c'est entre adultes consentants.

Un autre point commun, c'est le rapport des mâles à l'autre sexe + à leur propre masculinité. Avoir un rapport homosexuel (en étant passif) revient à jouer le rôle d'une femme, ce qui est la pire chose, puisque la femme est d'un rang inférieur. Etc. etc. On a déjà écrit des tartines à ce sujet.

Bien à vous. Jean-Paul

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 17/07/2009

"Nous ne formons qu'un seule RACE d'êtres humains avec des goûts individuels et collectifs aussi diversifiés que la nature est diversifiée."
Félicitations, cette phrase représente la quintessence de la soupe idéologique actuelle. Pourquoi n'admettez-vous pas qu'il existe des différences entre un Pygmée et un Suédois ? Parce que cela impliquerait forcèment un jugement de valeurs sur ces "races" profondèment différentes ? Alors c'est admettre implicitement que VOUS avez un problème de racisme...
Ou alors peut-être pensez-vous que les Pygmées ne font pas partie de l'ESPECE humaine ?

Écrit par : Géo | 17/07/2009

Les commentaires sont fermés.