29/01/2009

Partenariat et statistiques: un exemple de bon sens

Le partenariat enregistré suisse a eu l'honneur de faire les titres dernièrement, en raison d'une prétendue désaffection, baisse de cote.  Les statistiques de 2008 étaient sorties et on les comparait avec celles de 2007. Sur ce sujet, il convient de se référer à cet excellent article plein de bon sens publié sur le site de 360. Tout y est dit.

Tout au plus pourra-t-on rappeler que le terme pacs utilsé dans l'article se réfère originellement au Pacte civil de solidarité français. Ce dernier est une procédure relevant du droit privé, et qu'il est loin d'être équivalent au partenariat entregistré helvétique, qui est un véritable état civil construit par analogie avec le mariage. Mais il faut reconnaître que le terme "pacs" esz bien plus pratique et sympa à utiliser.

Jean-Paul Guisan

25/01/2009

PINK CROSS: Oui à la libre circulation

PINK CROSS recommande de voter oui le 8 février à la loi sur la libre circulation. Son comité en a décidé à l'unanimité lors de sa séance de samedi (24 janvier).

La libre circulation permet aux couples binationaux de gérer plus facilement leur relation. D'une part, en supprimant une bonne partie des obstacles administratifs auxquels sont confrontés ceux d'entre eux qui désirent se partenarier ou se marier. D'autre part, en leur permettant de décider plus librement si leur relation est suffisamment aboutie pour être officialisée à l'état civil.

L'introduction de la libre circulation a simplifié bien des choses pour les couples homosexuels binationaux Suisse – Union européenne. Sa suppression entraînerait des problèmes insurmontables pour ceux de ces couples qui souhaiteraient s'établir dans un pays où les couples de même sexe n'ont aucun statut officiel. En Suisse, la disparition de la liberté de circulation obligerait certains couples binationaux homo- ou hétérosexuels à se marier, respectivement se partenarier, à contrecoeur et à devoir affronter des tracasseries administratives inutiles.

Communiqué de PINK CROSS

11/01/2009

Outing de Tintin - le revers de la médaille

Faut-il outer Tintin? Le héros de Hergé est régulièrement l'objet de outing. Le dernier en date est celui de Matthew Parris, journaliste gai bien connu dans le monde anglosaxon ( lien vers l'article).

A mes yeux, Tintin relève davantage,  dans un premier temps,  de l'épithète asexué ou plutôt asexuel que gai.

Or être asexuel s'applique aussi bien aux homos qu'aux hétéros en puissance, même si cette catégorie dans laquelle on se range ou on vous range n'a pas exactement les mêmes connotations, suivant qu'on soit plutôt hétéro ou plutôt homo.

Bien des célibataires endurcis sont physiquement hétéros mais ont peur des femmes  - psychologiquement, s'entend, donc peur  de la relation avec une femme. ll y a ceux qui sont absorbés par le travail (intellectuel), leurs engagements sociaux (comme sauver le monde) - bref des choses tellement plus sérieuses.  C'est le cliché du vieux garçon dans toute sa splendeur. Et nombreux sont les  gais (et les lesbiennes) qui apparaissent comme asexuels du fait qu'ils ne peuvent afficher et vivre leur orientation.
  • Soit ces personnes  n'osent pas s'avouer à elles-même leur orientation.
  • Soit elles en sont conscientes, mais n'osent pas la vivre selon tel ou tel contexte socio-cultuel qui prévaut aussi en Suisse (pas besoin d'invoquer des cas extrêmes comme  l'Iran et ses gibets).

Si Tintin devait avoir été gai, ce ne serait pas une bonne nouvelle, parce que cela impliquerait une part de mensonge à soi-même ou aux autres, cela impliquerait le refoulement sexuel, bref la castration opérée par soi-même en obéissance à  la culture ambiante (cf les voeux de célibat dans certaines institutions), et, sur le plan affectif, un non-épanouissement. Donc je préfère penser que Tintin a été un vieux garçon du type boy-scout attardé idéaliste naïf et généreux qui investit sa libido dans ce qui l'intéresse (aventures dans le monde entier) et qui lui fait prendre son pied intégral. 

Ceci dit, rien n'interdit de compter les points qui dénotent des tendances plus homo qu'hétéro. Si on se livre à cet exercice-là, il n'y a pas photo:   non seulement la relation avec Chang  ressort assez netement, mais elle aussi la plus bouleversante. Hergé aurait pu et même dû leur permettre de se voir plus souvent sans que cela affecte la structure fondamentale, et la gaytitude de Tintin aurait une connototation plus positive.

Jean-Paul Guisan