05/12/2008

Rap homophobe: l'appel au meurtre n'a pas sa place dans les bacs

PINK CROSS remporte un succès contre le rappeur Rappeur Trick-Trick

Plusieurs chaînes de magasins de CD bien connues en Suisse ont fait savoir que le CD homophobe "the Villain" du rappeur américain Trick-Trick n'avait pas sa place dans leurs bacs – des prises de position rapides et sans ambiguïté émanant du monde musical suisse qui réjouissent PINK CROSS.
 
La lettre que l'Organisation suisse des gais PINK CROSS a adressée aux vendeurs et aux distributeurs pour les alerter ne lui a valu que des retours positifs. L'importateur officiel du titre incriminé, à savoir Namskeio-Distribution, à Lausanne, a immédiatement appelé PINK CROSS pour dire qu'ils étaient sur la même longueur d'onde.

Media-Markt a répondu notamment en ces termes: "A nos yeux, vouloir gagner de l'argent avec des chansons dont les paroles sont caractérisées par le mépris de l'être humain est une attitude des plus minables." Quant à la Fnac, elle a remercié PINK CROSS de l'avoir alertée et elle mettra le disque sur la liste noire.

Les responsables de City Disc et Discorack font savoir que "notre entreprise ne saurait cautionner ce genre d'idées" (notons que, depuis un certain temps, CityDisc accorde un rabais de 10% aux clients qui accèdent à son site par les pages en allemand du site de PINK CROSS.)

La semaine passée, Orell Füssli s'était déjà distancié du titre et l'avait retiré de son catalogue buecher.ch

Le CD qui sort en décembre, et dont le rappeur fait la promotion à grand renfort de vociférations homophobes, contient des textes qui appellent au meurtre de gais et de lesbiennes.

"He goes both ways/Either way he's gay/Ain't no other way to say/He's a f**king faggot so I'm lettin' off my AK/Bust 'em in his forehead/He ain't worth lettin' live!"
(C'est un enc. de pédé/C'est pourquoi je brandis ma kalachnikov et je fais exploser sa tête/Il ne mérite pas de vivre).

Trick-Trick invite aussi à massacrer Ellen DeGeneres et Rosie O´Donnell, deux comédiennes et animatrices de télévision qui vivent ouvertement en tant que lesbiennes.

COMMUNIQUE DE PINK CROSS

 ***

Note du secrétaire romand - Pour anticiper certaines réactions telles que celles qui ont été exprimées dans l'affaire Capleton, il convient de faire remarquer que dans ce cas comme dans celui de Capleton, il ne s'agit pas de censurer des propos déplaisants sur l'homosexualité, mais de dénoncer des appels à la violence et au meurtre tels que nommés par le Code pénal. Ces appels au meurtre portent aussi bien sur un groupe de personners que sur des personnes particulières.

Commentaires

Bravo! J'en ai aussi fait un billet ce matin, http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/12/05/un-rappeur-incite-au-meurtre-contre-les-homos.html

C'est inacceptable. De coeur avec vous.

Écrit par : hommelibre | 05/12/2008

Merci. Cf. le commentaire que je viens de poster chez vous.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 06/12/2008

Parfois je me demande s'il ne faudrait pas combattre le feu par le feu...c'est vrai que les choses bougent en matière de droits des gays mais ça se fait si lentement...et devoir se raccrocher au code pénal pour pouvoir se protéger de l'ignominie, c'est mieux que rien mais tout ça au fond c'est bien triste à notre époque!

Écrit par : Barbie Forever | 06/12/2008

Ces chanteurs homophobes sont ignobles , aussi ignobles que Calvin qui mettait les homosexuels genevois sur les bûchers .

Écrit par : Têtuniçois | 15/12/2008

@Têtuniçois: (Réponse qui n'engage que le soussigné et nullement son association.) Calvin n'a mis "que" Michel Servet sur un bûcher. C'est sous le règne de son successeur, Bèze, que le jeune Bartolomé Tecia a été noyé pour sodomie, (cf. cet article http://pinkcross.blog.tdg.ch/archive/2008/04/07/jeune-gai-execute-par-noyade-dans-le-rhone.html) sur la base du code pénal civil. Bien sûr, les préjugés homophobes meurtriers ont été nourris et façonnés par les représentations religieuses, mais il semble qu'à Genève on ait moins torturé et exécuté qu'ailleurs. Enfin, toujours dans cette nécessité de défendre le diable, je me permettrai de penser que Calvin, malgré toutes les limites et les tares qui l'inscrivent dans son époque et non pas dans celle des Lumières, a contribué à saper, à sa manière, un pouvoir ecclésiastique inquisiteur encore plus restricteur de la dignité et de la liberté individuelle. Pouvait mieux faire?

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 17/12/2008

Les commentaires sont fermés.