11/09/2008

Hétérographe - revue suisse des homolittératures ou pas

Une revue littéraire homo/queer intitulée "Hétérographe" vient d'être fondée par un groupe d'amis emmenés par le journaliste et écrivain tessinois Pierre Lepori. Elle paraîtra la première fois en mars/avril 2009. Par ailleurs, une association, présidée par Silvia Ricci-Lempen, va être fondée pour récolter des adhésions et, par là, trouver tout de suite des premiers abonnés à la revue.

Extraits du site www.heterographe.com

  • Présentation
    Il ne s’agit pas d’une revue universitaire, mais d’un lieu de création et de débat ouvert au grand public (pas uniquement aux homosexuel[le]s), une revue exigeante pour sa qualité,mais innovatrice pour les formes et thèmes abordés.
Le sous-titre indique que la revue est un espace mouvant et ouvert, qui milite pour un décloisonnement des identités, se situant clairement du côté de l’étrange (queer), ce qui est déjà en soi le propre de la littérature.
 
  • Buts
    Accueillir des textes littéraires queer/homosexuels au sens large et des contributions (articles, entretiens) qui puissent ouvrir et élargir le débat sur ces sujets, et établir des passerelles (avec les genderstudies, les féministes, les sociologues, etc.). Redonner une pertinence culturelle à la question homosexuelle et à l’engagement au-delà du marketing festif ambiant...
  • Ghetto
    A force de répéter que les ghettos sont dangereux et que la littérature se passe de classification (et l’écrivain d’étiquettes), nous risquons d’oublier que le débat est toujours possible, voire nécessaire du point de vue historique, sociologique, culturel. Et qu’il s’oppose au silence ou à la rapide dissolution de toute différence dans un consensus (ou dans le marché).

Commentaires

"Accueillir des textes littéraires queer/homosexuels au sens large et des contributions (articles, entretiens) qui puissent ouvrir et élargir le débat sur ces sujets, et établir des passerelles (avec les genderstudies, les féministes, les sociologues, etc.). Redonner une pertinence culturelle à la question homosexuelle et à l’engagement au-delà du marketing festif ambiant..."

Je ne suis déjà pas fan des "gender studies" ni du féminisme militant, mais pourquoi vouloir à tout prix focaliser sur la littérature queer? D'abord existe t'elle à proprement parler? Pourquoi faire des revendications homosexuellles un prolongement du féminisme? N'est-ce pas sombrer définitivement dans les mêmes discours teintés de politiquement correct et de revendications, fondamentalemnt, marxistes?

"A force de répéter que les ghettos sont dangereux et que la littérature se passe de classification"

Ben, justement, moi il me semble parfois que la communauté gay s'enfonce un peu dans une sorte de ghettos, à l'affût de ses moindre particularisme. Mais fondamentalement, à l'heure d'écrire, qu'est-ce qui distingue vraiment un homo d'un hétéro?

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 11/09/2008

Ce n'est pas pour défendre a priori cette option, mais il me semble les auteurs du site Hétérographe.com, de par leur formulation, ont le mérite de poser la question, et d'être conscient-e-s des options adverses.

Quant au féminisme, historiquement parlant, le lien, à un moment, a été assez évident, et c'est pareil pour les gender studies. Sauf que ces dernières ne s'intéressent pas encore assez à la masculinité - mais ça vient petit à petit.

La répulsion qu'inspire l'homosexualité masculine aux hommes hétérosexuels est liée à l'horreur que représente de jouer un rôle passif, assimilé au féminin. La féministe Elisabeth Badinter (incomprise de maintes féministes actuelles) l'a très bien exprimé: un homme se construit à travers 3 négations, par rapport auxquelles il doit sans cesse se positionner, en étant sur la défensive: Ne pas être un enfant; ne pas être une femme; ne pas être un pédé.

Pour ce qui est de distinctions telles que 'femme/homme', 'gay/str8' dans le fait d'écrire pour écrire, je conçois parfaitement que la distinction n'est pas pertinente, littérairement parlant, en toute rigueur proustienne ou kantienne. Toutefois, si on disqualifiait les auteurs 'engagés', on devrait faire l'économie de grandes pointures que sont les Augustin, Dante, Hugo, Chateaubriand, Stael, Dostoiewsky, Orwell, Koestler et autres Wright, Baldwin et Morrison.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 11/09/2008

Bonne journée! Dites-moi s'il vous plaît et où vous pouvez voir ce magazine?

Écrit par : dell latitude batteries | 26/11/2008

[En guise de réponse, voici un extrait du dernier communiqué de l'association Hétérographe:]

" „Hétérographe, revue suisse des homolittératures ou pas :“ paraîtra pour la première fois au printemps 2009. Semestrielle brochée avec illustrations d’artistes, la revue sera publiée par les Editions d'en bas et diffusée en librairie. L’association Hétérographe veille à sa production et promeut sa diffusion.

Hétérographe est un lieu de création et de débat ouvert à tous les publics (pas uniquement aux homosexuel[le]s). Cette revue sera exigeante par sa qualité, innovatrice par les formes de ses contributions et par les thèmes abordés. Elle offrira un espace mouvant militant pour le décloisonnement des identités et le questionnement queer (déstabilisation des certitudes).

Vous trouverez des informations complémentaires sur notre site www.heterographe.com , où vous pourrez découvrir un premier texte troublant de Philippe Rahmy.

Vous pouvez vous abonner à la revue Hétérographe, en devenant membre de l’Association. Votre soutien est très important pour nous, car l’adhésion de nombreux membres démontrera l’intérêt pour une nouvelle revue littéraire visant à stimuler la réflexion sur l'ordre identitaire dominant.

Pour recevoir cette nouvelle revue directement chez vous, vous pouvez adhérer à l’association par retour de mail (adhesion@heterographe.com), en indiquant votre nom et votre adresse postale. La cotisation annuelle s’élève à CHF 40.00. "

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 26/11/2008

Je pense que c'est une bonne idée, malgré tous les arguments. J'espère que le magazine est toujours en fonction.

Écrit par : Greig Lang | 10/01/2011

@ Greig: Le magazine est toujours "en fonction", comme vous dites. N'hésitez pas à leur rendre visite sur leur site:

http://www.heterographe.com/

voire à les contacter. Que ce soit pour les lire, et peut-être + si entente (mais là, je m'avance peut-être un peu trop).

En bonne année, avec plein de lectures et d'écritures surprenantes.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 10/01/2011

Les commentaires sont fermés.