19/04/2008

La discrimination est acceptée en silence

Pour la première fois en Suisse, les gais et les lesbiennes sont mentionnés dans un rapport concernant les droits humains. Grâce à PINK CROSS, l’orientation et l’identité sexuelles ont fait leur entrée dans un rapport officiel de la Suisse à l’intention de l’ONU ainsi que dans le rapport des organisations des droits humains.

Chaque pays doit, tous les quatre ans, soumettre au Conseil des droits de l’homme de l’ONU un rapport sur la situation des droits humains. La Suisse va déposer le sien sur la «revue périodique universelle» (Universal Periodical Review UPR) en mai. Suite aux interventions de PINK CROSS, le rapport des organisations suisses des droits humains, comprends le paragraphe suivant:

«En Suisse, la minorité LGTB (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender) ne dispose d’aucun soutien institutionnel pour faire valoir ses droits. La discrimination à son égard est acceptée en silence L’orientation et l’identité sexuelles ne sont pas mentionnées explicitement dans la Constitution en tant que motif de discrimination. A l’heure actuelle, il n’existe aucune loi punissant la discrimination de ce groupe de personnes.»

De même dans le rapport officiel, sur le que PINK CROSS avait été invité à prendre position par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), l'orientation et l'identité sexuelles n'étaient pas mentionnées. Grâce à l'intervention de PINK CROSS, dans ce rapport limité à 20 pages, la prise de position suivante a fait son entrée.

«La Constitution fédérale, tout en garantissant l’égalité de tous devant la loi et la non-discrimination, ne contient pas de disposition protégeant spécifiquement les personnes homosexuelles. La Loi sur le partenariat, entrée en vigueur le 1 janvier 2007, introduit l’enregistrement du partenariat, permettant ainsi aux couples de même sexe d'obtenir la reconnaissance de leur relation sur le plan juridique; les partenaires enregistrés sont assimilés aux couples mariés. Cependant, les personnes liées par un partenariat enregistré ne sont pas autorisées à adopter un enfant ni à recourir à la procréation médicalement assistée. Actuellement, aucune loi pénale de puni spécifiquement les actes homophobes, biphobes ou transphobes en Suisse.» (sous réserve des modifications rédactionelles)

Absence de protection légale contre la discrimination

De plus, l’absence de protection légale contre la discrimination en Suisse, qui est réclamée par PINK CROSS, ainsi qu’une instance officielle indépendante pour la surveillance de la situation des droits humains en Suisse font partie des points prioritaires mentionnés dans le rapport des organisations des droits humains.

 

07/04/2008

Jeune gai exécuté par noyade dans le Rhône

En 1566, à Genève (deux ans après la mort de Calvin), Batholomé Tecia, 15 ans, était torturé, condamné à mort et exécuté pour crime de sodomie. A partir des minutes du procès, dont il a eu connaissance par hasard, Jean-Claude Humbert a écrit une pièce qui est jouée tout le mois d'avril au théâtre Les Salons.

Ironie du calendrier: le Musée International de la Réforme de Genève va lui consacrer une soirée spéciale le 9 avril à Agrippa d'Aubigné. Un Genevois qui deviendra célèbre comme poète et conseiller du roi de France Henri IV. Or, c'est l'un des deux dénonciateurs de Bartholomé Tecia. A l'époque de ces faits, il a 14 ans.

Par ailleurs, le dernier logeur de Batholomé Tecia n'était autre que... Théodore de Bèze, le successeur de Calvin. Poursuivi par des rumeurs anti-protestantes notamment lui prêtant des moeurs contre-nature (et dans sa jeunesse, il avait écrit des poèmes homoérotiques - mais cela ne prouve rien car c'était un genre littéraire), il est resté silencieux par rapport à son jeune pensionnaire.

Bartholomé Tecia, un procès ordinaire, par la Troupe des Salons. Mise en scène: Lucienne Babel et Yvan Muller. Théâtre Les Salons, du 3 au 20 avril 2008 (jeudi, vendredi, samedi à 20h, dimanche à 17h.) Réservations: 022 807 06 33 http://www.les-salons.ch

Le texte de la pièce, prix de la Société genevoise des écrivains 2005, est paru aux Editions de Limargue.

Voir aussi l'article de la Tribune de Genève du 5 avril 2008 et l'article de 360° (dans le magazine et en ligne).

05/04/2008

Sport: témoignages de gais

Dans le cadre du thème choisi pour 2008 - Gais et lesbiennes dans le sport -  par les organisations faîtières PINK CROSS et LOS, un appel à témoignages avait été lancé. Voici les deux premiers qui nous sont parvenus. 

  • Témoignage de Benoît*, 28 ans 

C'est grâce au sport que j'ai créé mon cercle social dans ma nouvelle ville d'adoption, y compris chez les gays.

Il y a quelques années, j'ai quitté ma ville natale pour emménager en Suisse alémanique, laissant à de nombreux kilomètres mon réseau social... et mon partenaire régulier de badminton. Après quelques mois d'acclimatation et de stress dû à mon nouvel emploi, j'ai décidé de cesser de m'empâter et me suis mis à la recherche d'un club gay de badminton dans la région: gay, car... Lire la suite 

*Prénom fictif 

  • Témoignage de Yannick, 22 ans

Integration dans le sport en tant qu’homosexuel

Mon sport de prédilection est la course à pied. J’ai commencé à en faire il y a cinq ans, à l’âge de 17ans, en lâchant un petit oui à mes parents qui en faisaient déjà, en compétition populaire. Mon coming-out à eu lieu vis-à-vis d’eux (ils furent les premiers à le savoir) une année plus tard, à 18ans. J’ai tout de suite accroché dans ce sport, progressant très vite, sans doute que cela me procurait une confiance en moi que je n’avais pas du fait en partie de mon homosexualité alors cachée, je voulais aussi me prouver qu’on pouvait être gay et un sportif accompli. Lire la suite

11:55 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)