17/10/2007

Faut-il punir l'homophobie comme le racisme?

Avant-hier, j'étais invité dans "Forums" à débattre sur la nécessité que la loi punisse les propos ou les actes homophobes - comme c'est désormais le cas en Grande-Bretagne. J'étais opposé à M. Olivier Jornot, député libéral au Grand Conseil genevois. Mon premier argument a été le suivant:


Du moment qu'il existe déjà en Suisse une norme pénale qui réprime le racisme, il serait logique et cohérent que l'homophobie soit pareillement sanctionnée. Le fait de traiter quelqu'un de sale pédé est au moins aussi grave, et insultant, que de traiter quelqu'un de sale nègre, sale juif, sale arabe... Une preuve parmi d'autres: on a pu constater que le taux des tentatives de suicide est quatre fois plus élevé chez les jeunes gais que chez les jeunes hétéros. Cela montre que l'homosexualité a une connotation encore très négative. Le partenariat enregistré voté par le peuple représente une avancée extraordinaire, et je ne suis pas peu fier de mon pays, le seul à avoir voté sur cette question (ailleurs, c'était des parlements). Mais cette avancée insitutionnelle de même que le fait qu'on aborde le sujet si facilement dans les médias sont surtout de l'ordre du discours, cette ouverture, cette acceptation dans les mots ne doit pas masquer la difficulté qui reste pour les individus concernés (pas tous: certains ont plus de chance de que d'autres) et leur famille.

Le même jour, j'entendais un jeune dans un bus qui pensait que son frère était "gai". Les autres faisaient pour écarter une hypothèse aussi fâcheuse, infamante, diffamatoire. J'étais quand même surpris en bien qu'ils utilisent le mot "gay" et pas "pédé" comme c'est habituellement le cas - mais le jugement restait foncièrement négatif.

Je reviendrai une autre fois sur les autres arguments. Le débat est d'ailleurs accessible sur les archives de la Radio suisse romande.

 

Jean-Paul Guisan, secrétaire romand de PINK CROSS

18:20 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

je crois qu'avant de tout vouloir réglementer il faut plutôt défendre nos libertés! NOtamment celle de dire notre désaccord!

Liberté de choix pour chacun mais aussi devoir à chacun d'assumer ces choix.

Je suis contre toute forme d'assimilation entre homophobie et racisme.

Votre liberté de choix est sacrée ma liberté de ne pas être d'accord avec l'est tout autant.

J'espère bien que votre homophilie n'est pas en contradiction avec mon homophobie sur ce point.

Écrit par : Edgard Cela | 17/10/2007

Il n'y a pas de contradiction sur ce point car l'homosexualité n'est ni un choix ni une opinion: c'est une orientation. Le choix, c'est de l'assumer ou pas, c'est de la vivre ou pas. On peut aussi choisir l'abstinence. On peut choisir de faire un mariage hétérosexuel par conformisme social, ou pour parce qu'on vit dans un pays ou l'homosexualité est punie de la peine de mort.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 19/10/2007

Il y a beaucoup d'hommes qui ont des attitudes de "pédés" (selon l'usage complétement abusif du terme) et il y a des "pédé" (dans un usage tout aussi abusif du terme) qui sont des vrais "hommes" (selon l'usage non abusif du terme)

Je suis né avec une orientation hétéro et catholique de par ma famille... et j'ai quitté une des deux orientations... Je ne vous en dirai pas plus!
La Curie Romaine en frémit !

Écrit par : L'anar de droite | 20/10/2007

Oui, M. Guisan a raison. Ceux qui s'opposent à la répression de l'homophobie rejoignent, même involontairement, ceux qui s'opposent à la répression des actes et propos à caractère raciste.
Ils ne mesurent pas l'impact de l'homophobie sur les personnes homosexuelles (le taux de suicides au sein de celles-ci, et singulièrement les plus jeunes d'entre elles est là pour le rappeler).
Ils ne voient pas, non plus, que l'homophobie et le racisme sont le fait des mêmes milieux, ennemis de la tolérance et de la liberté).
"entre le fort et le faible, c'est la Loi qui protège, et la liberté qui opprime", disait un célèbre philosophe du XIXème siécle, connu pourtant comme un des chantres du libéralisme.
Le combat mené par Pinkross est le combat de tous.
Sa présence comme témoin-dépositaire de la Charte de bonne conduite politique signée le 9 octobre dernier, aux côtés de nombreuses communautés discriminées (juifs, musulmans, noirs, ...) en est la preuve.

Ali Benouari
Président de l'Association suisse des musulmans pour la laïcité (ASML)

Écrit par : Ali Benouari | 20/10/2007

@Ali Benouari
Je partage votre point de vue sur les lois qui doivent protéger tout citoyen des discriminations et du racisme. Et pourtant, le mot "communauté" me gêne. Lorsque quelqu'un est vexé ou discriminé, il ne subit pas la discrimination en tant que membre d'un quelconque groupe (et beaucoup ne se reconnaissent dans aucun groupe) mais en tant que personne. Il me semble indispensable de considérer la discrimination comme souffrance individuelle. Autrement, on n'est pas loin du communautarisme et de ses dérives.

Écrit par : inma | 27/10/2007

Il faudrait un peu creuser ce qui a été dit plus haut sur le terme "pédé". L'usage moderne de pédé est pédophile qui signifie "l'ami des enfants". Aimer les enfants n'est en général pas considéré comme une tare...
Par contre pédé vient de pédéraste et ne veut pas dire homosexuel. Un pédéraste est ce que le populo télévidéaste actuel débile et inculte profond appelle un pédophile. Un pédéraste s'intéresse de façon érotique aux enfants (garçon ou fille). Pédé est donc une injure qui a tous ses droits d'exister en ce sens qu'elle s'adresse à des individus pervers qui s'attaquent à des enfants.
Cela dit les homosexuels ont vraiment tort de s'exhiber et de provoquer dans leurs gay pride. En se déguisant en folles ou en tarés pervers ils ne font que renforcer la phobie qu'ils cherchent à combattre.

Écrit par : Géo | 27/10/2007

Le commentaire de Géo appellerait de nombreuses réponses. Je me contenterai dans un premier temps, d'une clarification terminologique:

Le terme "pédé" vient effectivement de "pédéraste" ou "pédérastie".

Le terme "pédérastie" désigne à l'origine une institution morale et éducative de l'Antiquité bâtie autour de la relation particulière (morale et physique) entre un homme mûr et un jeune garçon. Par la suite, le terme est devenu, par généralisation abusive, synonyme d'homosexualité masculine en général.

L'insulte "pédé" revient à traiter quelqu'un d'homosexuel, ce qui est supposé être infâme. En réalité, dans la perception masculine standard des choses de la vie, le seul aspect qui est réellement considéré ou ressenti ou fantasmé comme infâme, c'est-à-dire comme ultimément déshonorant pour un homme, c'est de jouer un rôle sexuel passif, soit, pour appeler un chat un chat, d'être pénétré par un autre homme. L'insulte favorite des automobilistes ou des supporters de foot, à côté de "pédé", n'est-elle pas "enc..."?

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 28/10/2007

@inma: la crainte du "communautarisme et de ses dérives" me paraît une tarte à la crème. Il y a des communautés de fait qui n'implique aucune volonté de ceux qui en relèvent, voire qui sont créées par ceux qui se considèrent en dehors. Quand une discrimination (ou une violence) touche une personne particulière, certes, mais en raison d'une caractéristique générale (sexe, ethnie, orientation sexuelle, religion, handicap, âge) qui déplaît à celui qui la commet, ce sont tous ceux qui partagent cette caractéristique qui sont agressés.

Écrit par : François Brutsch | 28/10/2007

"L'insulte "pédé" revient à traiter quelqu'un d'homosexuel, ce qui est supposé être infâme"
Ben oui mais non. Se faire traiter de pédé n'est pas équivalent à se faire traiter d'homosexuel. Il existe un embrouillamini sémantique gênant et je n'ai aucune idée comment le combattre en ces temps d'illettrisme absolu. Regardez l'usage de "point d'orgue" pour "climax" par l'ensemble des soi-disant professionnels de la presse écrite. Les journalistes actuels sont des trentenaires arrogants et inexpérimentés qui sont juste bons à traiter de fascistes ceux qui votent UDC. (après coup leurs responsables font semblant de s'insurger contre ces dérives comme Jacques Poget récemment...)

Écrit par : Géo | 28/10/2007

Les commentaires sont fermés.